Répartition des richesses mondiales VS Répartition du Bitcoin

Le Bitcoin est récemment devenu la sixième monnaie internationale si on considère son cours actuel autour des 10 000 $. Si la capitalisation est un bon moyen de mesurer le « poids » d’une monnaie, il est également important de s’intéresser à sa répartition. Pour les monnaies fiat, la notion de répartition des richesses s’accompagne inévitablement du qualificatif « inégale ». Plus qu’un sentiment, c’est un fait qui qui n’a cessé de s’accentuer avec la mondialisation. Dans le domaine des cryptos, comment sont réparties les richesses ? Est-ce que la crypto fait mieux que les monnaies fiat qui souffrent d’un déséquilibre certain en matière de répartition de richesses ?

Les baleines de la crypto

Avant de donner des chiffres sur la répartition des cryptos, il est nécessaire de définir le terme de « baleine ». Ce mot provient de l’anglais « whale » et désigne de gros investisseurs. Autrement dit, il s’agit d’une personne (ou d’un groupement de personnes) qui possède un nombre très important de jetons d’une crypto.

Plus que simplement un « gros investisseur », une baleine possède une richesse suffisamment importante pour influer sur l’évolution d’une crypto. C’est ainsi qu’il n’est pas rare de lire des actualités sur de gros mouvements cryptos initiés par des baleines.

Hierarchie entre hommes

En ce qui concerne le Bitcoin (ou les cryptos fonctionnant avec la Proof-of-Work), les premières « baleines » ont été les mineurs de la blockchain. Il s’agit des personnes qui travaillent dans la validation des blocs de transaction. Suite à chaque résolution mathématique, ils reçoivent une récompense directement en bitcoins. Au départ, ces récompenses étaient très élevées. À l’époque, en plus d’être spécifique et de réclamer une puissance de calcul très importante, le minage était encore peu connu. Ils n’étaient donc qu’une poignée au départ à se partager ces richesses et à posséder un nombre important de jetons (ou tokens). Avec l’augmentation du cours du Bitcoin, les personnes qui ont su garder leur investissement en bitcoins se sont très vite enrichies et sont devenues ce que l’on pouvait appeler rétrospectivement des « baleines ».

L’affirmation du Bitcoin sur le devant de la scène a amené d’autres types de personne à s’intéresser au Bitcoin. Ainsi, les mineurs ont laissé la place aux investisseurs financiers. Si les mineurs sont toujours présents, les gros investisseurs sont arrivés et ont passé un nouveau braquet. Avec leur forte capacité d’achat, ils ont été en mesure d’acheter des quantités importantes de tokens et sont rapidement devenus les nouvelles baleines.

La répartition des bitcoins dans le monde

Les données Bitinfocharts permettent de renseigner la répartition du Bitcoin. Ainsi, au moment de la rédaction de cet article, le classement des adresses Bitcoin les plus riches est le suivant :

  • Top 10 : environ 5 % de la richesse totale ;

  • Top 100 : environ 14 % de la richesse totale ;

  • Top 1 000 : environ 35 % de la richesse totale ;

  • Top 10 000 : environ 58 % de la richesse totale.

En nombre d’adresses Bitcoin, les données sont les suivantes :

  • Plus de 8 880 000 adresses ont une valorisation supérieure à 100 $ ;

  • Plus de 3 280 000 adresses ont une valorisation supérieure à 1 000 $ ;

  • Plus de 870 000 adresses ont une valorisation supérieure à 10 000 $.

On estime qu’il y a environ 30,4 millions d’adresses Bitcoin. Autrement dit, avec les chiffres avancés ci-dessus, cela signifie que très peu d’adresses (moins de 3 %) possèdent plus de 10 000 $ en bitcoins.

Ces résultats sont à mettre en perspective avec ceux d’autres cryptos. Ainsi, comparé à l’Ethereum et au Ripple, le Bitcoin bénéficie pour le moment d’une meilleure répartition. Par exemple, en ce concerne l’Ethereum, on estime que 17 % des jetons d’éthers en circulation sont détenus par les 10 adresses les plus riches. Les 100 adresses les plus riches, quant à elles, possèdent 26 % des jetons tandis que les 1 000 adresses les plus riches détiennent environ 43 % des jetons.

Le déséquilibre est encore plus flagrant en ce qui concerne le Ripple (XRP), troisième crypto la plus important en matière de capitalisation. D’après les chiffres avancés par Ledger Exposed, les 100 adresses les plus riches possèdent 67 % des jetons XRP en circulation au moment de la rédaction de l’article. Au sein de ce top 100, les fondateurs du Ripple font partie des plus gros détenteurs de XRP.

Comparaison avec l’inégalité des richesses dans le monde

Ceci posé, voyons les chiffres de la répartition des richesses dans le monde grâce aux données produites chaque année par le Crédit Suisse. Il ressort les conclusions suivantes des chiffres de 2019 :

  • 56,6 % de la population possède entre 0 $ et 10 000 $ ;

  • 32,6 % de la population possède entre 10 000 $ et 100 000 $ ;

  • 9,8 % de la population possède entre 100 000 $ et 1 000 000 $ ;

  • 0,9 % de la population possède plus d’un million de dollars.

Plus globalement, il faut savoir qu’environ 1 % de la population mondiale possède 44 % des richesses totales. En ce qui concerne le Bitcoin, environ 0,5 % des adresses détiennent plus de 85 % de la richesse BTC. Ces chiffres sembleraient donc indiquer que la répartition du Bitcoin est encore plus inégalitaire que celle des richesses.

Si cette comparaison est édifiante, elle doit être prise avec des pincettes. En effet, il est important de garder à l’esprit deux données importantes qui limitent la portée de la comparaison. Tout d’abord, en crypto, on raisonne en adresses et pas en personnes. Or, une personne peut avoir plusieurs adresses. Ensuite, parmi les plus grandes adresses se trouvent les exchanges. Il s’agit de plateformes qui permettent aux utilisateurs de réaliser du trading et des échanges de leurs jetons cryptos. Ces plateformes sont donc amenées à conserver les cryptos de leurs utilisateurs. Il est donc normal que ces exchanges possèdent beaucoup de cryptos. On estime par exemple que les exchanges détiennent plus de 16 % de l’ensemble des bitcoins. Pour autant, cet argent ne leur appartient pas, il s’agit de celui des utilisateurs. Enfin, on estime à environ 3 % la quantité de bitcoins qui seraient « perdus » à jamais.

Petits tas de monnaie

Comment le Bitcoin peut aider à rééquilibrer la répartition des richesses

La question de la répartition des richesses est essentielle. Pour le Bitcoin, elle l’est d’autant plus qu’un de ses arguments majeurs est son système décentralisé. Or, si trop de bitcoins sont concentrés aux mains de peu de personnes, comment croire encore dans l’idée d’une décentralisation ? En plus d’une question sociale, il s’agit donc d’un enjeu pour l’avenir du Bitcoin. Il y a de quoi être optimiste.

L’évolution de la pyramide de répartition du Bitcoin évolue vite au fur et à mesure des années. La cinétique d’évolution est bien plus rapide que celle des richesses mondiales. Par exemple, depuis 2011, le nombre d’adresses qui détiennent plus d’un millième de la richesse totale est passé de 33 % à 11 %. Une diminution similaire est observée pour les autres gros détenteurs. Concrètement, cela signifie que la pyramide de répartition du Bitcoin a tendance à s’aplatir dans le temps.

Face aux incertitudes récentes et actuelles des marchés, de plus en plus de personnes se tournent vers le Bitcoin. Avec son système décentralisé, il inspire confiance. Avec la crypto, pas de risque de bank run, votre argent vous appartient. Les transactions sont publiques et stockées dans une blockchain. Plus globalement, la crypto répond à un besoin toujours plus important de se soustraire aux carquois institutionnels rigides. Puisqu’il est décentralisé, le Bitcoin est également de plus en plus associé à l’or comme faisant partie des valeurs refuge contre l’inflation. Sa production de jetons est limitée à seulement 21 millions d’unités. Le rythme d’émission de jetons est, lui, savamment maîtrisé de manière à produire le dernier jeton en 2140. L’offre étant limitée, une demande accrue devrait alors permettre d’augmenter mécaniquement le cours du Bitcoin dans l’avenir.

Alors qu’en Europe, le Bitcoin est encore perçu par beaucoup comme quelque chose d’abstrait, il faut savoir que le Bitcoin est de plus en plus utilisé. L’une des raisons est qu’il accessible à toujours plus de personnes dans le monde. A l’heure actuelle, on estime que plus de 1,7 milliards de personne n’ont pas de compte bancaire. Ces personnes n’ont pas accès au système bancaire standard pour réaliser des transactions. À l’inverse, la plupart possède désormais un smartphone et une connexion internet, même limitée. Ça tombe bien, c’est tout ce qu’il faut pour utiliser le Bitcoin !

Ainsi, on observe une recrudescence de l’utilisation du Bitcoin dans des pays confrontés à une grande pauvreté. En Amérique du Sud, le Venezuela est face à une crise économique majeure et fait désormais partie du top 10 des pays Bitcoin friendly dans le monde. En Afrique, on observe le même phénomène avec une émergence du Bitcoin au Kenya par exemple.


Lien Vers Article d’Origine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *