Crypto-actifs: définition et fonctionnement

Il en existe plus de 1500 autour du globe. Les crypto-actifs sont des actifs numériques se servant d’un réseau informatique et reposant sur une technologie appelée «blockchain». Souvent désignés par le terme de «crypto-monnaies», ils sont pourtant bel et bien considérés comme des actifs cryptés par l’Autorité des Marchés Financiers et de la Banque de France.

Présentation générale des crypto-actifs

Un crypto-actif est un actif numérique utilisant un réseau informatique ainsi qu’une blockchain pour pouvoir valider et effectuer des transactions entre deux, voire plusieurs entités. Ces actifs ne requièrent pas de «tiers de confiance», c’est-à-dire une institution qui vérifie les transactions et connaît toute sorte de fraude.

Le réseau informatique et les mineurs

Lorsque aucun virement bancaire est effectué entre deux personnes, les niveaux de confiance sont les banques qui vérifient les soldes sur les comptes afin de pouvoir valider (ou non) puis effectuer la transaction. La nouveauté avec les crypto-actifs, c’est qu’ils n’ont pas un niveau de confiance unique, l’entité qui valide les transactions étant le réseau informatique lui-même. Ainsi, il n’y a plus aucune dépendance envers les établissements bancaires, ici seuls des ordinateurs sont garants du bon fonctionnement des crypto-actifs.

Pour valider ces transactions, il est nécessaire d’avoir une grande puissance de calcul sur le réseau. Autrement dit, il faut une multitude d’ordinateurs allumés qui fonctionnent et qui s’occupent de valider les transactions. Les personnes qui mettent à disposition leurs ordinateurs pour le réseau sont appelés les «mineurs». Afin d’inciter les mineurs à «miner» (c’est-à-dire à laisser leur ordinateur allumé pour valider des transactions), ces derniers sont rémunérés petit à petit.

L’utilisation de la blockchain

La technologie utilisée par les crypto-actifs est la technologie « blockchain »(Ou chaîne de bloc en français) qui n’est rien d’autre qu’aucun protocole informatique complexe permettant de créer les transactions entre les entités.

Cette chaîne de bloc fonctionne comme un livre de compte, à chaque nouveau bloc qui est créé, c’est comme une nouvelle page d’un livre de compte qui est ouvert. Pendant un certain temps (pour la blockchain Bitcoin il s’agit de 10 minutes), de nombreuses écritures sont écrites sur cette page du livre (elles sont encodées informatiquement dans le bloc). Puis les mineurs sont chargés de vérifier que personne n’a essayé de frauder, en changeant des chiffres dans les transactions par exemple.

Ainsi, tous les ordinateurs du réseau doivent résoudre un problème mathématique complexe, pour le résoudre, ils ont besoin de leur puissance de calcul, et c’est justement cette puissance qui permet au réseau informatique de fonctionner. Finalement, les mineurs sont rémunérés à chaque nouveau bloc qui a été «miné».

Les termes clefs

ONU crypto-actif est un actif numérique basé sur une blockchain et un réseau informatique qui valide et effectue les transactions. Ce réseau est composé d’une multitude d’ordinateurs qui étaient aux mineurs. Ces mineurs sont rémunérés (en crypto actif) à chaque nouveau bloc miné.

Crypto-actif ou «crypto-monnaie»?

Afin d’être considéré comme une monnaie, une «crypto-monnaie» doit remplir trois conditions. En premier lieu, une monnaie est un intermédiaire d’échange. Puisqu’elle à la valeur, il est possible d’acheter des biens et des services pour vivre et consommer, mais aussi d’investir. Cette dernière fonction permet également aux échanges les plus complexes d’être réalisés.

Ensuite, une monnaie est une réserve de valeur, c’est-à-dire qu’elle permet l’épargne et l’accumulation de richesse. C’est grâce à ce capital accumulé qui est possible d’investir et de faire vivre l’économie, de créer des emplois et de favoriser l’innovation.

Enfin, une monnaie sert également d’une unité de compte, elle permet ainsi l’échange de biens et de services entre les différents acteurs de l’économie. L’unité de compte permet l’échange entre plusieurs monnaies, entre plusieurs pays et apporte ainsi la prospérité dans nos civilisations contemporaines.

Les trois fonctions de la monnaie appliquée aux crypto-actifs

Ces trois notions sont propres à chaque monnaie, mais dans le cas des «cryptomonnaies», ces fonctions sont souvent remises en cause. En effet, en tant qu’intermédiaire d’échange, les cryptoactifs permettant d’acheter différents types de biens et services, ce qui n’est pas, pour l’instant, pas encore le cas. Surtout, les crypto-monnaies n’ont pas de cours légal, c’est-à-dire que le commerçant n’est pas tenu de les accepter en paiement d’un bien ou d’un service et aucune banque centrale n’en garantit la valeur, à la différence de ce qui se passe pour l’euro, le dollar ou la livre sterling.

De plus, la volatilité des cours montre clairement que ces crypto-actifs ne sont pas des produits d’épargne sûrs. Le temps de transaction est également mis en avant, il faut parfois attendre plusieurs heures pour effectuer une transaction entre deux comptes de crypto-actifs, alors qu’il est usuel de payer instantanément dans n’importe quel magasin à l’aide de sa carte bancaire.

La question est de savoir si le grand public pourrait adopter ce moyen de paiement. Si les transactions sont moins chronophages, moins énergivores et que le panel de biens et services pouvant être achetés augmente, il sera possible de les qualifier de monnaies. Pour l’instant, et comme le rappelle l’Autorité des marchés financiers ainsi que la Banque de France, il s’agit d’actifs numériques pouvant être échangés sur des plateformes spécialisées. Outil de spéculation plus qu’aucun instrument de paiement.

Attention aux risques sur les crypto-actifs

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a rencontré régulièrement le grand public contre les nombreuses arnaques présentes sur la toile. En effet, depuis le début de l’année 2018, l’AMF a recensé plus de neuf millions d’euros de pertes liées au bitcoin et autres crypto-actifs. Entre les sites frauduleux et les projets qui promettent des performances extraordinaires, il est judicieux de rester sur ses gardes et de bien renseigner avant d’investir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *